samedi 27 novembre 2021

 

19 ème atelier de restauration de l'herbier de Corbière,

Muséum d'Histoire Naturelle de Cherbourg,

samedi 27 novembre 2021.


« Curieuses et Curieux » présents pour cet agréable travail : Nicole, Gabrielle, Véronique, Juliette, Françoise, Muriel, Karin, Lucien, Claire, Loïc, Mélusine, Anne-Marie, Hélène P. ; Ainsi qu’Hélène « de Tatihou », qui vient nous prêter main forte. Patrick et Rémi, de la Société des Sciences, sont venus nous saluer. Et Francis est là, bien sûr, en maître de cérémonie.

Rendez-vous donné dès 09h15. Mais, selon les moyens de transport, pour parvenir tout au nord de la presqu'île du Cotentin, les arrivées sont échelonnées. Personne ne s'est envolé malgré la tempête (qui nous a hélas privés de profiter du parc Emmanuel Liais… fermé par sécurité.)

Quel plaisir de se retrouver pour ce travail de restauration ! Notre précédente rencontre « amicale, utile et botanique » remontait à février 2020. Je vous laisse deviner la raison de ces empêchements de restaurer en rond…

Nous pensions reprendre nos habitudes : que nenni ! Finis les collages avec le pistolet. Francis nous propose de travailler « à l'ancienne », à l'aide de petites bandes de papier découpées finement, que l’on enduit d’une colle blanche à leurs extrémités, à l’aide d’un pinceau, puis que l’on dispose à cheval sur les tiges, voire les parties fines de la plante. Tout cela assure un bon maintien sur la planche de travail.

Karin au travail (photo Lucien)


Au hasard des planches, Anne-Marie découvre des petits œufs blancs de... l’azuré des moulières, séchés sur sa plante-hôte, la gentiane des marais (Gentiana pneumonanthe). Hélène P. travaille sur un Asplenium Erectum, récolté en 1891 par Cyrus Pringle : l’occasion pour Francis de nous montrer l’un des premiers « selfie » de l’histoire de la photographie ! 



Cyrus Pringle, en 1888, en Arizona (source Wikipedia)


Naturellement ces efforts creusent les estomacs : pause déjeuner au sympathique Club Dinette. Le « cheese-cake vanille, coulis de crème de marrons » obtient la meilleure note.

Le temps de l'après-midi passe également très vite, dans une ambiance à la fois studieuse et joyeuse. Mais la méthode dite « des languettes » demande plus de temps, d’habileté, de minutie, de patience… Aussi avons-nous restauré 250 planches, soit moitié moins que d'habitude. Cependant, en reprenant les comptes faits lors du précédent atelier, on arrive à un total de 11150 planches restaurées par les Curieux de Nature.  

Francis conseille Muriel (photo Lucien) 


La nuit tombée, les trois dernières à partir doivent prendre le train de 18h41 pour Bayeux.

Nous nous quittons sur cette jolie conclusion de Muriel : « Les herbiers sont presque éternels. »

Merci Francis ! Merci Monsieur Corbière !

C'est avec grand plaisir que nous espérons vous retrouver samedi 19 février 2022 !